mardi 11 mai 2010

Lignes et contours


Lignes et contours
du 5 mars au 26 juin 2010
Frac Picardie
45 rue Pointin
80000 Amiens

Jean Dubuffet, Mire G 15, (Premier boléro), 24 février 1983, acrylique sur papier marouflé sur toile, 67 x 100 cm.
« Dans la poursuite d’un cycle d’expositions qui explore la diversité du dessin et la vitalité des pratiques contemporaines, le Frac Picardie prolonge la réflexion engagée sur la distinction entre le trait et la ligne. Au commencement du dessin, la ligne tracée par Dibutade marque le contour de la silhouette du bien aimé de sa fille afin d’en fixer l’image durant son absence : « On commença par cerner d'un trait le contour de l'ombre humaine », raconte Pline l'Ancien. Prédominants dans l’exposition Lignes et contours, les corps s’animent au creux de lignes tour à tour vibratiles, fragiles, vives, intenses, sensibles ou tendues.
Contrairement au trait autoréférentiel, ligne et contour servent un projet guidé par l’apparition d’une figure, de la plus abstraite à l’illustration la plus réaliste, de la plus ténue à la plus affirmée. Si elle n’est pas assujettie à l’empire des formes, la ligne se déploie dans le temps et avance vers l’infini. Telle une écriture, la ligne chemine et inscrit la trace de son passage ; dès qu’elle se laisse dissoudre dans le contour, la forme se fixe. De fait, le contour réprime ce que la ligne contient d’errance. Celui-ci épouse la forme, délimite une surface et souvent ne ménage pas d’issue.

Jean Dubuffet, Site avec deux personnages, Psychosites, 1981, acrylique sur papier offset marouflé sur toile, 67,2 x 50 cm.
La variété du dessin linéaire atteste de la diversité des intentions et des sensibilités des artistes. Sans procéder à une classification paralysante, des regroupements s’esquissent. Là, le dessin au contour précis où l’on trouve aussi bien la ligne virtuose du copiste (Lallemand, Vergara, Alberola, Buraglio) que la ligne oscillant entre figuration et abstraction (Mencoboni). Ici, le dessin fluide et instable dilue ses contours en entraînant la ligne de corps dans la mouvance (Dumas, Muñoz, Orozco). Si la ligne échappe aux pures apparences et s’atèle à révéler une vérité plus profonde, elle devient intuitive (Penone, Jamie, Tucholski), exaltée (Claramunt, Dubuffet, Basquiat) ou bien encore brisée et erratique (Baselitz, Matta, Masson).

L’exposition "Lignes et contours" tend à établir par ses tours et détours que la puissance de la ligne réside dans ce qu’elle comporte à la fois de vie vagabonde et d’inéluctable destinée. La ligne est autant directrice que lignée, génératrice d’unité que vecteur de partition. Tantôt elle caresse la surface, tantôt elle portraiture l’intériorité.

Jean-Michel Alberola, Georg Baselitz, Jean-Michel Basquiat Pierre Buraglio, Luis Claramunt, Jean Dubuffet Marlene Dumas, Cameron Jamie, Stéphane Lallemand André Masson, Roberto Matta, Didier Mencoboni Oscar Muñoz, Gabriel Orozco, Giuseppe Penone Barbara Camilla Tucholski, Angel Vergara Santiago œuvres du Frac Picardie. »
http://www.frac-picardie.org/agenda/agenda.htm

Aucun commentaire:

Publier un commentaire